Membres

Thierry Herman

Universités de Lausanne et Neuchâtel Page personnelle

Herman_Thierry 2011 FericThierry Herman est professeur associé à l’Université de Neuchâtel, responsable du module « Ecrire et argumenter à l’Université ». Il est aussi maître d’enseignement et de recherches à l’Université de Lausanne dans le domaine de l’écrit académique et enseigne la rhétorique française à l’Université de Suisse italienne. Titulaire d’un doctorat sur la rhétorique de Charles de Gaulle, il s’intéresse aux questions de persuasion par le discours dans les genres politiques, journalistiques et académiques.

  • Herman, T. (2014), « L’argument d’autorité: de sa structure à ses effets », in Herman, T. et S. Oswald (éds.), Rhétorique et cognition, Berne : Peter Lang.
  • Herman, T. et S. Oswald (2014), Rhétorique et cognition: perspectives théoriques et stratégies persuasives, Berne : Peter Lang.
  • Herman, T. et Micheli R. (2014), « Quelques enjeux d’une théorie de l’argumentation à l’échelle du texte », in Adam, J.-M. & al. Faire texte, Université de Franche-Comté.
  • Herman, T. (2011), « De l’exemple à l’exemplum : réflexions sur leur efficacité rhétorique », in Dice, 8/2, sous la dir. de Victor Ferry, Benoît Sans et Alice Toma, 96-119.

Jérôme Jacquin

Université de LausannePage personnelle

JJacquin

Docteur ès lettres, Jérôme Jacquin est maître assistant en linguistique française et en sciences du langage et de l’information à l’Université de Lausanne. Ses travaux, à l’interface entre sémiotique, linguistique textuelle et analyse conversationnelle, portent sur les dimensions argumentatives et identitaires des discours, saisies au travers de leurs marques textuelles, interactionnelles et multimodales.

  • Jacquin, J. (2014). Débattre. L’argumentation et l’identité au coeur d’une pratique verbale. Bruxelles: De Boeck Duculot, Coll. Champs Linguistique.
  • Jacquin, J. (2012). L’argumentation de Georges Pompidou face à la crise. Une analyse textuelle des allocutions des 11 et 16 mai 1968. Sarrebruck: Editions universitaires européennes.
  • Jacquin, J., & Micheli, R. (2012). Entre texte et interaction : propositions méthodologiques pour une approche discursive de l’argumentation en sciences du langage. In F. Neveu, V. Muni Toke, P. Blumenthal, T. Klingler, P. Ligas, S. Prévost, & S. Teston-Bonnard (Eds.), Actes du CMLF 2012 – 3ème Congrès Mondial de Linguistique Française (pp. 599–611). Lyon: EDP Sciences.
  • Jacquin, J. (2011). Orientation interactionnelle et multimodale vers l’activité de “débattre” : analyse d’un extrait de débat public. Mots, (96), 45–62.
  • Jacquin, J. (2011). Localiser, décrire et faire voir le fait argumentatif : le modèle dialogal de l’argumentation au défi d’un corpus complexe. A Contrario, (16), 88–109.

Raphaël Micheli

Université de Neuchâtel

micheliRaphaël Micheli est chargé d’enseignement en linguistique française à l’Université de Neuchâtel et maître de français au Lycée. Ses travaux portent sur l’analyse du fonctionnement langagier de l’argumentation dans différents genres de discours (en particulier ceux relevant de la sphère politique). Il s’intéresse au rôle de l’expression des émotions dans la conduite du discours argumenté, ainsi qu’à des aspects plus généraux de la théorie de l’argumentation (les rapports entre argumentation et persuasion, ainsi que la typologie des arguments).

  • Micheli, R. (2012). « Les visées de l’argumentation et leurs corrélats langagiers : une approche discursive », Argumentation et Analyse du Discours, n°9, [en ligne], http://aad.revues.org/1406.
  • Micheli, R. (2012). « Arguing without Seeking to Persuade ? Elements for a Non Persuasive Conception of Argumentation », Argumentation. An International Journal on Reasoning, vol. 26, n°1, pp. 115-126.
  • Micheli, R. (2010). L’émotion argumentée. L’abolition de la peine de mort dans le débat parlementaire français, Paris : Le Cerf, collection « Humanités ».
  • Micheli, R. (2011). « L’argumentation au carrefour des disciplines : sciences du langage et sciences sociales », A Contrario. Revue interdisciplinaires en sciences sociales, n°16, ,
  • Micheli, R. (2010). : « Argumentation et réflexivité langagière : propositions pour l’étude de l’usage argumentatif des définitions », Verbum, XXXII, n°1, pp. 143-161.

Steve Oswald

Universités de Fribourg et Neuchâtel – Page personnelle

Steve Oswald est enseignant et chercheur post-doctoral aux Universités de Fribourg et de Neuchâtel. Il a obtenu sa thèse de doctorat en 2010 à l’Université de Neuchâtel avec un travail portant sur la communication manipulatoire et non-coopérative. Ses recherches actuelles se situent à l’interface entre la pragmatique linguistique, l’argumentation, l’analyse du discours et les sciences cognitives et il étudie en particulier les liens entre les arguments fallacieux et leurs soubassements cognitifs pour l’élaboration d’une approche cognitive de la rhétorique.

  • Herman, T. &  S. Oswald (2014), Rhétorique et cognition: perspectives théoriques et stratégies persuasives, Berne : Peter Lang.
  • Maillat, D. & S. Oswald (2013). Biases and constraints in communication: Argumentation, persuasion and manipulation, special issue of the Journal of Pragmatics, co-edited by Didier Maillat & Steve Oswald.
  • Lewiński, M. & S. Oswald (2013). “When and how do we deal with straw men? A normative and cognitive pragmatic account”. Journal of pragmatics 59(B): 164-177. (Special issue Biases and constraints in communication: Argumentation, persuasion and manipulation, edited by Didier Maillat & Steve Oswald)
  • Oswald, S. & A. Rihs (2013). “Metaphor as argument: Rhetorical and epistemic advantages of extended metaphors”.Argumentation (DOI 10.1007/s10503-013-9304-0).
  • Oswald, S. (2011). “From interpretation to consent: Arguments, beliefs and meaning”. Discourse Studies 13(6): 806-814.
  • Oswald, S. (2007). “Towards an interface between Pragma-Dialectics and Relevance Theory”. Pragmatics & Cognition 15(1): 179-201.
Publicités